recherche
anim.ch > Accueil > Zoom sur > Des Abricots
  
login
pass
  

   - Des Abricots -                                                                                                                       

 

Des Abricots

 

 

"C’est toujours le premier choix qui a gelé !"

Ainsi s’exclamait ma sœur Germaine, valaisanne par mariage, vivant à Sion et qui avait le plaisir de bénéficier de la production locale, réputée pour ce canton.

 

Ah ! les abricots du Valais ; on les attendait. Ils arrivaient après ceux venus d’Espagne ou d’Italie, qui ne recevaient des citoyens valaisans que regards méprisants.

 

 

Ah les valaisans, c’est vrai qu’ils étaient beaux, jaune, orange et rouge, duvetés, pas toujours mûrs. Il suffisait pourtant de les laisser deux ou trois jours, largement étalés sur un grand plateau. Ils prenaient alors cette allure engageante qui faisait qu’on en goûtait l’un, suivi de tant d’autres, à vous donner envie d’un cornichon, ou pour moi plutôt d’un carré de chocolat pour pomper le sentiment de ce liquide qui emplissait mon estomac.

 

Hier, le valaisan est arrivé à Ballaigues avec son camion. Il klaxonne et offre à la ménagère sortie sur le pas de sa maison une cagette de cinq kilos. Pas trop cher, moins cher en tous cas que le kilo vendu Frs 9.90 dans la grande surface de la ville.  (Ballaigues est un village du Jura vaudois, où j’ai passé souvent de bons temps de vacances.)

 

Et nous voilà prêtes au travail. Il faut trier, les plus beaux pour la main, pour tout de suite. Puis ceux pour la congélation ; les traditionnels gâteaux du samedi soir seront délicieux cet hiver. Et le reste pour la confiture. On pèse le grand bol, on note la tare, on coupe en jolis petits morceaux, et l’un ou l’autre de ces morceaux passe en bouche. Un délice, comme pas permis, et pourtant personne ne contrôle ! Monticule orange recouvert de sucre blanc ; on laisse reposer. Cuisson juste pour que la confiture ne soit ni trop liquide ni trop épaisse. On goûte et regoûte ; ça commence à coller de partout ; ça fait partie de ce travail. Mise en pots. Oh ! quand même onze pots, ça a bien donné. Ce sera bon, si beau de couleur, dans l’hiver sombre.

 

Et l’an prochain le valaisan reviendra avec son camion. Il klaxonnera et la ménagère sortira sur le pas de sa maison.

 

Une année encore aura passé.

 

                                                                                   Micheline Kretschmer

 

20 juillet 2007





← retour

autres éléments (4) dans "Mémoires et récits":
Articles rédactionnels  13.11.2018
100 ans de la HETS-Genève  09.10.2018
Une rencontre intergénérationnelle  12.09.2018
Des Abricots  07.08.2018