recherche
anim.ch > Accueil > Lu pour vous/ parole à > C'est l'automne et le temps des primes
  
login
pass
  

   - C'est l'automne et le temps des primes -                                                                             

 

 

C’est l’automne et le temps des primes d’assurance !

 

Ce 24 septembre, le Conseiller fédéral Alain Berset, selon la tradition, annonçait l’augmentation des primes pour 2020. Bonne nouvelle, la hausse moyenne est de 0,2%, avec même des baisses pour deux cantons !!!

 

Fin de mois, je cherche une chronique à vous partager, et je retrouve un texte que j’ai écrit le 2 août 2018. Il me semble qu’il colle à l’actualité et je vous le partage.

 

Je viens d’avaler un franc cinquante-cinq !

 

Comment cela ? en monnaie ? c’est dangereux ! et pourquoi avaler de la monnaie ? Non, je n’ai pas avalé de la monnaie. J’explique : j’ai avalé, avec un grand verre d’eau, deux petites capsules d’un médicament, certainement miracle, contenant un « extrait sec de feuilles de busserolles ».

 

Je ne sais ce que sont les busserolles, et mon ordinateur non plus, qui souligne ce mot en rouge.

 

 

Dictionnaire : Le nouveau petit Larousse illustré – 1951, le dictionnaire de ma jeunesse.

 

- « busserolle : arbousier des Alpes ».

- « arbousier :  arbre du Midi, à fruits rouges, assez semblables à la fraise, d’une saveur aigrelette ».

 

Merci Monsieur Larousse, je vais garder votre dictionnaire sur mon bureau; il traînait au fond d’une bibliothèque !

 

Pourquoi avoir avalé des capsules si chères ?

C’est que je suspecte une infection urinaire ; je connais bien les symptômes et aussi les traitements médicamenteux. Je passe donc à ma pharmacie habituelle, et sollicite la remise du traitement adéquat.

La pharmacienne, jeune, fidèle à ses principes, m’envoie chez le médecin. C’est une bonne professionnelle, il lui manque juste un peu de souplesse qu’on ne s’accorde que quand on a quelque expérience de la vie ordinaire des patients habituels et habitués.

 

Ma généraliste, qui me connaît bien, sait que je suis fiable, va certainement régler cela par téléphone avec une ordonnance faxée à ma pharmacie ! Mais voilà, ma généraliste appréciée est en vacances. C’est évidemment son droit le plus absolu.

 

Retour à ma pharmacie, où j’explique et sollicite à nouveau le médicament miracle. « Il faut voir un médecin ». C’est une autre jeune pharmacienne, bonne professionnelle elle aussi.

 

Marre : je ne vais pourtant pas faire appel à SOS médecin pour juste une suspicion incertaine de cystite. Alors la pharmacienne a une bonne idée : elle me propose un médicament à base de plantes.

 

Voilà pourquoi, je viens d’avaler un franc et cinquante-cinq centimes, car la boîte de 40 capsules coûte

Frs 31,40. Calculette merci. Et je dois prendre deux capsules, trois fois par jour, après le repas avec un grand verre d’eau.  Cela fera pour la semaine.

 

« Et si ça ne va pas mieux, il faut voir un médecin ».  Mais oui, bien sûr.

 

 

Juste deux réflexions :

- alors qu’on se pose la question de déléguer certains actes aux personnels soignants et aux parmacien.ne.s, afin d’alléger  les frais de traitement et partant les dépenses des assurances, et pourquoi pas  … peut-être… les primes d’assurance maladies.

- il reste à introduire un peu de souplesse dans la pratique de ces soignants, grâce à une formation complémentaire, naturellement !!!

 

Les chambres fédérales que nous éliront le 20 octobre seront-elles raisonnables et efficaces ?

 

Micheline Kretschmer

  25 septembre 2019





← retour

autres éléments (13) dans "Mémoires et récits":
C'est l'automne et le temps des primes  02.10.2019
Ensemble  21.08.2019
2019 Été et déjà une semaine de canicule  09.07.2019
Histoire d'un travailleur  07.05.2019
Des élections cantonales  01.04.2019
Et un nouveau droit !  27.02.2019
À propos du travail social  30.01.2019
Telle a été cette journée  21.12.2018
11 novembre 1918  13.11.2018
Articles rédactionnels  13.11.2018
100 ans de la HETS-Genève  09.10.2018
Une rencontre intergénérationnelle  12.09.2018
Des Abricots  07.08.2018