recherche
anim.ch > Accueil > Lu pour vous/ parole à > 11 novembre 1918
  
login
pass
  

   - 11 novembre 1918 -                                                                                                              

 

 

11 NOVEMBRE 1918

CE JOUR-LA

 

C’est une famille de cinq, papa, maman et trois enfants.
Où sont-ils tous et chacun ce 11 novembre 1918 ?
Que font-ils tous et chacun ce jour-là ?

 

Johann a 36 ans. Originaire de Silésie, il est soldat et combat dans les tranchées en Russie. Il était venu en Suisse pour y travailler en 1905. En 1912, il  épouse Cécile, d’origine fribourgeoise. Il est à Yverdon, gérant d’un grand magasin, genre Globus, Placette. Rappelé par l’Allemagne en avril 1915, Johann rejoint sa troupe. Il combat en Russie, dans le froid de l’hiver. Buvant le sang des chevaux juste morts, car c’est enfin une boisson chaude; émiettant dans sa poche le morceau de pain gelé pour se nourrir un peu.

 

Cécile a 30 ans. Sans ressources, elle vit à Echallens chez sa mère, avec ses trois enfants. Elle n’a pas d’activité professionnelle rémunérée.  Il n’y a pas de caisse de compensation pour les militaires.


Marguerite, sœur célibataire de Cécile, est secrétaire dans une importante étude d’avocat à Lausanne.

Son seul salaire permet à toute la famille élargie de survivre.

 

Hermine aura 6 ans dans un mois. Germaine aura 4 ans dans 3 jours. Robert a 14 mois. Conçu à Mannheim lors d’un séjour de Cécile auprès de Johann, postier de l’armée, et bénéficiant d’un petit appartement. Cécile, avec Hermine et Germaine, avait rejoint Johann pour les Fêtes de la fin de l’année 1916.

 

Et que pensent-ils tous et chacun ce jour-là, ce

jour où est proclamé l’armistice. Johann ne sait

pas quand il sera libéré et comment il pourra

rejoindre sa famille à Yverdon. Soulagement ?

espérance ? angoisse ? retrouvera-t-il son poste

de gérant de grand magasin, quitté en 1915 ?

comment trouver une paix intérieure après tant

de combats ? Parler, ne pas raconter car trop

douloureux ?

 

Cécile espère pour bientôt le retour de Johann.

Comment vont-ils se retrouver ? comment s’aimeront-ils ? comment réinventer la vie quotidienne ?

 

Plus tard, en janvier 1919, Cécile reçoit une carte postale, une carte parlant de retour. Durant trois semaines, chaque soir elle reste assise devant sa fenêtre, jusqu’au soir où elle voit arriver un homme, comme un vieillard, harassé, épuisé.

 

Qu’a-t-on expliqué à Hermine, à Germaine, à Robert de ce papa revenu de la guerre, et dont on a si peu de souvenirs,  dont on ne connaît plus les câlins et la tendresse depuis si longtemps.

 

   Johann a retrouvé son poste de gérant dès son retour. Cécile a fait son travail de mère et de ménagère.

 

   Hermine va à l’école. Germaine peut-être aussi. Robert vit sa vie de grand bébé.

 

Micheline Kretschmer
                                  8 novembre 2018

 





← retour

autres éléments (9) dans "Mémoires et récits":
Des élections cantonales  01.04.2019
Et un nouveau droit !  27.02.2019
À propos du travail social  30.01.2019
Telle a été cette journée  21.12.2018
11 novembre 1918  13.11.2018
Articles rédactionnels  13.11.2018
100 ans de la HETS-Genève  09.10.2018
Une rencontre intergénérationnelle  12.09.2018
Des Abricots  07.08.2018