recherche
anim.ch > Documentation thématique > Apports d'étudiants > Evolution du métier > Association Films Plans-Fixes
  
login
pass
  
Association Films Plans-Fixes
Actuellement le travail social est en pleine transformation et il devient essentiel de développer de nouvelles pratiques, d’innover dans des domaines encore inexplorés. A l’heure où l’enjeu budgétaire est central, il faut également penser à de nouvelles stratégies de financement de projets. L’une des alternatives possibles est l’économie sociale et solidaire, développée dans un certain nombre d'association, dont Plans-Fixes.
Voilà une trentaine d’année que cette association a pour mission de sauvegarder et d’enrichir le patrimoine régional. Elle met tout en œuvre afin que leur collection de courts métrages soit un reflet fidèle de la population de Romandie, sur le plan culturel, social, économique et politique, avec un équilibrage entre cantons, genres et professions. Mme Michelle Deschenaux, seule salariée de l’association, s'occupe de la recherche de fonds, coordonne les contacts entre les personnes filmées, les interlocuteurs et l'équipe technique. Nous l'avons rencontrée afin de découvrir comment elle procède pour trouver le financement nécessaire à la réalisation de ces films. Nous nous interrogeons sur les stratégies qu’elle développe pour faire vivre et mener à bien l’association.
Mme Deschenaux doit regrouper environ 25'000 francs par film, et pour y parvenir, elle cherche plus loin que les bailleurs de fond habituels. Bien qu’elle commence par demander aux affaires culturelles du canton ou de la commune d’où vient la personne filmée, elle varie la provenance de ses subventions. En effet, elle fait notamment appel à la Loterie Romande, à diverses fondations philanthropiques suivant le domaine de la personne filmée, ainsi qu’aux ami(e)s de la personne concernée, qui pourraient participer au financement du projet. Nous tenons à préciser que la personne filmée ne participe jamais au financement. Il est impératif de  réaliser en moyenne huit films par an, afin de faire vivre l'association et lui donner une pérennité.
La passion et l’engagement régnant autour de Plans-Fixes nous donnent de l’espoir, à l’heure de la précarisation de nos conditions de travail et de la non-reconnaissance des besoins sociaux. Nous sommes conscients que c’est à nous, futur(e)s travailleur(euse)s sociaux d’aller plus loin, vers d’autres financeurs, d’autres domaines d’activités, d’ouvrir d’autres portes afin de répondre aux besoins sociaux et créer des postes de travail. Cela nous demandera d’être inventifs et d’extérioriser nos inquiétudes pour les partager avec la population et les politiques. Ainsi nous retoucherons peut-être aux fondamentaux qui ont constitué ce si prestigieux panel de prestations sociales proposées à Genève. Voila que nous ne serons plus usagère(er)s mais actrices(eurs) de notre travail.




← retour