recherche
anim.ch > Documentation thématique > Apports d'étudiants > 2018 Terrains, thématiques et complexité > Les alternatives éducatives à l'école primaire des Grottes (Liridon Ibishi)
  
login
pass
  
Les alternatives éducatives à l'école primaire des Grottes (Liridon Ibishi)

 

Méthode pédagogique d’une classe de quatrième primaire :

À l’école des Grottes, les enseignants utilisent plusieurs types de méthode pédagogique afin de permettre aux élèves de s’exprimer. Au sein d’une classe de quatrième primaire, ils ont pris pour rituel d’entreposer leur problème dans une boite en vue de les exposer durant le conseil de classe hebdomadaire. De façon à rendre les élèves acteurs, deux élèves sont désignés afin de conduire cet échange. Dès lors, différentes problématiques en surgissent et il est souvent question de violence.

 

Il est vrai, la violence fait partie du quotidien des élèves cependant, elle prend des formes variées et peut être vécue différemment d’un élève à l’autre et c’est la toute la complexité de ce phénomène. Il faut être en mesure de répondre à chaque cas différemment. Dans les cas de violence à l’école des Grottes, les enseignants se questionnent sur l’impact de la construction de l’identité de l’enfant et sur ce qu’elle provoque dans le cursus scolaire. Dans la plupart des cas de violence, le harcèlement scolaire fait beaucoup de dégâts.  

 

L’impact du harcèlement scolaire 

Le harcèlement scolaire en règle générale est avant tout une atteinte à la réalisation des droits de l’enfant. Malgré la connaissance de ce phénomène, il reste toutefois invisible et pour cela, il est demandé une attention particulière des professionnels. Le harcèlement scolaire provoque des conséquences sérieuses pour l’école et la société dans son ensemble. En effet, l’impact est profond pour les élèves victimes de harcèlement, ils sont souvent soumis à de la baisse de motivation, de l’absentéisme, de santé mentale ou bien même de dépression et dans des cas extrêmes de suicides. Pour l’agresseur, la violence devient une approche banale et l’intervention de professionnels est fortement conseillée pour éviter des répercussions sur sa vie d’adulte. Les enfants témoins de harcèlement ressentent également l’effet négatif à travers l’insécurité et les conditions de vie désagréable.

 

Le bien-être scolaire à travers la mise en place d’une intervenante 

De nos jours, le bien-être scolaire est une préoccupation importante dans les politiques de santé publique et des politiques éducatives à l’école. C’est pourquoi, afin de répondre à ces violences la direction de l’école des Grottes a tenté de mettre différents moyens en place dans le but d’améliorer la qualité de vie de chaque enfant. Une des réponses a été de mettre en place une intervenante socio-éducative (ISE). Cette professionnelle a pour mission de collaborer avec les enseignants, l’infirmière de l’école, la directrice et dans le but d’apporter un cadre adéquat aux élèves en difficultés. L’importance du travail en réseau prend tout son sens dans l’idée de permettre aux enfants d’avoir plusieurs personnes de ressources au sein de l’école. 

 

Pour ces professionnels, un apprentissage scolaire adéquat passe par un bien-être personnel. C’est pourquoi, à travers leur travail ces professionnels mutualisent leurs connaissances et leurs compétences afin de répondre au mieux aux situations des élèves en difficultés. 

 

D’autre part, le travail de cette intervenante socio-éducative est de mettre en place des méthodes éducatives avec les élèves qui rencontrent des problèmes de comportement. Pour se faire, elle utilise des notions d’éducation nouvelle, appelée aussi pédagogie active.L’éducation nouvelle donne la chance à l’enfant d’être acteur de ses apprentissages dans un cadre sécurisant.  

 

 

L’objectif des méthodes éducatives de l’intervenante socio-éducative 

L’objectif est de donner à l’enfant la motivation de devenir autonome et d’acquérir les moyens pour le devenir. Il s’agit également de considérer l’enfant comme un individu à part entière. L’enfant à la liberté d’aller à son rythme cependant, le cadre doit être clair et il est évalué et renégocié fréquemment en étant respecté par chacun. L’intervenante socio-éducative doit gérer énormément de situations complexes entre les élèves, et c’est pour ses raisons, à travers ses interventions, elle favorise d’une part le bien-être de l’élève, mais aussi, la cohésion de groupe au sein des classes. Par les méthodes d’éducations actives l’enfant et sans cesse au milieu du processus et c’est lui qui doit mener l’activité, son apprentissage et son parcours. Les moyens mis en place pour amener l’enfant vers cette autonomie doivent lui permettre de trouver du plaisir dans chaque activité.

 

Les supports pédagogiques proposés par l’intervenante socio-éducative 

L’articulation de cette démarche éducative se traduit par plusieurs actions mises en place par l’ISE. Au sein de cette classe de quatrième primaire, un élève de dix ans peine à comprendre le cadre imposé par l’école. Afin de permettre à cet élève de travailler ces lacunes, l’intervenante socio-éducative va lui proposer d’imaginer une activité qu’il apprécie. 

 

Avec l’aide de l’ISE l’enfant décide de mettre en place un atelier pâtisserie. L’idée de cette activité est importante sur trois dimensions. D’une part, elle permet à ce jeune garçon de comprendre l’importance de respecter une marche à suivre, d’autre part, elle lui permet de travailler son estime de soi et de le valoriser dans son métier de l’élève. Troisièmement, elle est bénéfique pour le collectif afin de travailler sur l’image du leader négatif qu’il endosse malgré lui.  Cependant, pour pouvoir travailler de cette façon, les professionnels doivent pouvoir compter sur les politiques afin de financer leur travail au quotidien. Dans le cas de cette ISE, la situation est plus compliquée puisqu’elle travaille sur un projet mandaté pour une durée de quatre mois. Malgré le fait d’être une commande sociale et une volonté politique dans une idéologie de l’école inclusive,le poste de cette professionnelle reste temporaire dans cette école contrairement à d’autres corps de métier du travail social.

 

Pour conclure 

En effet, selon les professionnelles de l’école l’aspect du travail social devrait être incontournable dans les écoles, car il est véritablement un aspect à ne pas négliger dans la construction identitaire des élèves. Dans une société marquée par la quête de réussite conjuguée par la recherche de perfection dans les résultats scolaires, certains élèves ne trouvent pas leur compte et se retrouvent en marge des attentes de l’école et de la société dès leur plus jeune âge.  

 

C’est pourquoi, une des solutions pour pallier à ce phénomène est de favoriser l’école inclusive afin de donner une chance à chacun-e de s’exprimer avec ses moyens. De plus, l’idée d’accentuer l’aspect du travail social dans les écoles permettrait sans doute d’atténuer certaines situations de tension, de conflit, et de toutes sortes de violence. Car il est vrai que beaucoup de ces crises partent de moqueries subis par les élèves à travers des questions de différences de genre, de physique ou bien de nationalité. Le cheval de bataille des écoles devrait être avant tout d’accompagner les élèves vers une tolérance de l’autre. C’est dans cette optique que chaque établissement scolaire devrait pouvoir bénéficier d’une équipe d’intervenant socio-éducatif ou d’éducateur-trice-se comme dans les écoles de réseau d’enseignement prioritaire.  

 

 

Bibliographie

 

Journée de formation 

Centre d’Entraînement aux Méthodes d’Éducation Active CEMEA 

 

Site internet : 

http://ethnoeduc.over-blog.com/article-20276543.html

https://edu.ge.ch/primaire/ecole/grottes/enseignement

 

L’accueil libre en Terrains d’Aventures et Jardin Robinson, une pratique à (re)découvrir 

 

DVD

Porteur de parole  

 

Article reiso.org 

L’école inclusive : bénéfice et limites 

 

Les derniers obstacles avant l’inclusion scolaires 

 

Ados en difficulté et coopération interdisciplinaire 

 

Textes/Documents

Conclusion du Colloque International sur l’Animation par Jean-Claude Gillet Professeur honoraire des universités Coordonnateur du Réseau International de l’Animation. Paris, le 31 octobre 2013.

 

Carra, C. & Faggianelli, D. (2003). Violences à l'école : tendances internationales de la recherche en sociologie. Déviance et Société, vol. 27,(2), 205-225. doi:10.3917/ds.272.0205.

 

Edité sous la direction de Philip D. Jaffé, Zoe Moody, Claires Piguet et Jean Zermatten Harcèlement entre pairs : Agir dans les tranchées de l’école. I. Acte du 4eColloque printanier de l’Institut universitaire Kurt Bösch et de l’Institu international des Droits de l’enfant 3 et 4 mai 2012.

 

L’accueil libre en Terrains d’Aventures et Jardin Robinson, une pratique à (re)découvrir.

 

Laurence Bergugnat, Eric Dugas, Régise Malet et Alix Garnier. Appel à textes : Le bien-être à l’école : un processus de production du bien-être.

 

Philippe Perrenoud Faculté de psychologie et des sciences de l’éducation
Université de Genève 1996. Rendre l’élève actif… c’est vite dit !

 

Ulric Aylwin, coordonnateur du développement pédagogique au Cégep de Maisonneuve en 1992.Nouvelles stratégie pédagogiques et méthode traditionnelle : où est la différence ?   Texte tiré du volume 5, no 3, de la revue Pédagogie collégiale, paru en mars 1992 (p. 30-37). 

 

 



← retour

autres éléments (33) dans "2018 Terrains, thématiques et complexité":
  17.07.2018
  17.07.2018
  17.07.2018
  17.07.2018
  17.07.2018
Partir de la différence et voir ce qui fait se rejoindre - Christophe Suter  25.06.2018
La posture professionnelle  22.06.2018
100 ans de la HETS, du projet aux actions   15.04.2018
Action professionnelle et militance en EMS - Benz Sarah  15.04.2018
Animation socio-culturelle et militantisme : vers une professionnalisation du militantisme ? (Van Beek Gaëtan)  15.04.2018
Brun Maeva  15.04.2018
Contrats de Quartier à Vernier : accompagnement participatif et posture des professionnels  15.04.2018
Du sens dans le mouvement   15.04.2018
Duarte Pais Sabrina   15.04.2018
Entre engagement citoyen et normalisation, la place des associations de jeunes dans les communes  15.04.2018
Immersion genevoise d'un travailleur social « en devenir » québécois ; regards croisés sur la formation.  15.04.2018
Karaköse Gianni Animateur socioculturel, un métier souvent remis en questions.  15.04.2018
L'Animation en rédaction ; ou les paradoxes d'une profession mal connue. (M. Nachira)  15.04.2018
La libre adhésion est-elle une action éducative ? (N. Cosandier)  15.04.2018
La posture de l'animateur socio-culturel à l'expression des parents concernant les valeurs de l'accueil libre par De Matos Pedro  15.04.2018
La posture professionnelle de l'animateur-trice socioculturel-le  15.04.2018
Le décloisonnement des centres de quartier  15.04.2018
Le joker du théâtre de l'opprimé, quel lien avec le travail d'animatrice en Terrain d'Aventure ?  15.04.2018
Le rapport à l'écrit chez les Animateurs - trices Socioculturels - elles et les champs de tensions qui en découlent.  15.04.2018
Les alternatives éducatives à l'école primaire des Grottes (Liridon Ibishi)   15.04.2018
Les espaces de démocratie participative peuvent-ils être non-excluants et représentatifs de toute la population concernée ?  15.04.2018
Maman, citoyenne à plein temps !   15.04.2018
Negroni Diana  15.04.2018
Quand est-ce que la grenadine a remplacé le Molotov ? (Thomas Muza)  15.04.2018
Quelle est la place d'un suivi individuel dans l'animation socioculturelle ?  15.04.2018
Questions (im)pertinentes aux TSHM  15.04.2018
Schwarb Aurélie  15.04.2018
TSHM "Chênes and CO"  15.04.2018