recherche
anim.ch > Documentation thématique > Apports d'étudiants > 2018 Terrains, thématiques et complexité > Negroni Diana
  
login
pass
  
Negroni Diana

Pensée intime sur une pensée complexe Suite du texte

 

Les arbres et nous

« Mais qu’est-ce que j’entends ? Mais qu’est-ce qu’il se passe donc ? Pourquoi est-ce qu’on me coupe ? Qu’est ce qui ne va pas avec moi ? Aurais-je trop poussé ? Pourtant, j’ai bien l’impression que dans notre monde actuel il y a un souci de climat et que si on me laissait pousser mes branches et feuilles je pourrais aider un peu la planète. Tout le monde a besoin de végétation, surtout dans la ville ! Alors pourquoi me couper et me faire rapetisser ?! Je veux aider la planète moi ! Je ne comprends plus rien ! Que le monde est contradictoire et complexe ! Mais quelle tension dialogique ! »

 

J’avais envie de me mettre dans la peau d’un arbre et de me demander ce qu’il pourrait ressentir comme tension dialogique. Le principe dialogique a été élaboré par Edgar Morin. « Le terme de dialogique veut dire que deux ou plusieurs logiques, deux principes sont unis sans que la dualité se perde dans cette unité ». En d’autres termes, le concept de dialogique signifie que deux vérités contraires, opposées sont aussi complémentaires.

 

Je me suis toujours demandée pourquoi on coupait les arbres et autres plantes. J’ai essayé de comprendre ce que pourrait causer comme problèmes les longues branches. Je me suis dit que c’était peut-être pour le bien être des plantes : le fait de les couper permettrait peut-être une meilleure santé et favoriser sa croissance. Je me suis aussi dit que sur certains passages publics ce n’est pas toujours très agréable de se retrouver entouré d’un amas de branches et de devoir faire face à un parcours de combattant. Enfin bref, j’ai supposé plusieurs hypothèses. Mais j’ai aussi essayé de ressentir ce qu’un arbre pourrait penser si on lui coupait les branches alors qu’en même temps la planète a besoin des plantes pour vivre. Il ne doit rien comprendre. C’est une tension dialogique qu’un arbre pourrait ressentir non ?

Avec cette allégorie, je veux aussi montrer que l’arbre est n’importe quel humain sur cette planète. Il vit des situations qu’il ne comprend pas toujours, des choses se passent sans qu’il soit concerté. Mais ces actions arrivent pour des raisons. Et peut-être que ces raisons, ces enjeux ne sont pas toujours très clairs et provoquent des tensions.

 

Cette introduction est complétement tirée par les cheveux, complètement loufoque ! Mais elle n’est pas complétement dénuée de sens ! On est tout le temps confronter à des tensions dialogiques que ce soit dans nos professions, avec nos ami.e.s, notre famille. Les tensions dialogiques nous font vivre des expériences riches en émotions : elles peuvent provoquer de la colère, de la tristesse, de la frustration, de la joie, des rires, de la surprise et pleins d’autres encore.

On a toutes et tous une éthique, des valeurs qu’on chérit. Nos valeurs nous permettent d’être qui ont est. On vit avec notre histoire, nos expériences et nos évolutions. Et quand notre système de pensée et de valeur rencontre un autre système, pas exactement comme le nôtre, il y a tension. Dans certains cas, les tensions n’existent pas car il y probablement une envie de curiosité et de découverte. La tension invite souvent la complexité car tout est empli d’enjeux, d’histoires personnelles, d’expériences et de représentations… Tout ceci est complexe de vie

A travers cette réflexion, je suppose que la complexité des vies de chacun.e et – de tous ce que ces vies apportent et impliquent – cause des tensions. Je pense que ces tensions sont surtout provoquées par le manque d’ouverture d’esprit et de tolérance envers les autres idées qui ne sont pas les nôtres. En disant cela, je ne juge personne, tout le monde décide de sa vie et fait ses propres choix.

 

Quand j’ai découvert la pensée complexe d’Edgar Morin, il s’est passé à l’intérieur de moi un profond sentiment de soulagement. On m’a souvent dit que la manière dont je pensais était fausse et trop utopique. J’ai beaucoup souffert de ces commentaires et j’ai commencé à dire que je pensais faux. Mais faux selon qui ? Selon quoi ? Alors, je cherchais à travers mes expériences de vie une manière de penser. Je pensais comme ma famille, mes ami.e.s, les personnes charismatiques que je rencontrais en grandissant. Il me fallait une pensée, comme la mienne était fausse. Mais je remarquais bien vite qu’en pensant comme ces personnes, je n’étais pas convaincu. Je n’y croyais pas. Je n’étais pas moi-même. Alors est arrivé Edgar Morin et sa pensée complexe, et j’ai su que ma manière de penser n’était pas fausse simplement parce que c’est la mienne. À moi !

Edgar Morin m’a ouvert les yeux. M’a fait prendre conscience que je pouvais avoir ma propre pensée. Ma propre pensée développée à travers toute cette phase d’exploration et de recherche de penser. Cette phase m’a permis de connaître vraiment comment je voulais penser. Elle m’a permis de développer mon sens critique. Elle m’a permis de découvrir nombreuses manières de penser le monde. Elle m’a surtout permis d’écouter. Une qualité essentielle pour comprendre le monde, non ? Je préfère écouter que de parler. De tout façon, je n’ai jamais vraiment aimé parler.

Même si ma pensée m’appartient, elle ne m’est pas venue dès la naissance et je ne l’ai pas construite toute seule. C’est grâce à toutes les rencontres, toutes les expériences dans ma vie, qu’elle s’est créée, développée. Et elle n’est pas finie. Elle se développera encore et durant toute mon existence. Et ça grâce à toutes ces personnes qui ont toutes une manière différente de penser le monde. Je m’enrichis des autres et de leurs pensées… C’est un cycle.

 

Qu’est-ce réellement la pensée complexe ?

Edgar Morin a développé la pensée complexe à travers ses expériences de vie. Il le dit lui-même dans une de ses nombreuses vidéos, « La pensée complexe et les ailes des mouches », qu’il « était très disposé à voir les opinions des idées contraires » (8’50’’). Il a fait beaucoup d’étude dans différents domaines (sciences politiques, histoire, droit et économie, philosophie, sociologie). Grâce à ses diverses cultures, il a compris qu’il fallait « relier des connaissances qui étaient toutes séparées et dispersées » (9’57’’). La clé de la pensée complexe est la capacité de relier car tout est séparé et compartimenté aujourd’hui. C’est « d’accepter d’unir en soi deux vérité contraires » (9’03’’). « Le contraire d’une grande vérité, ce n’est pas une grande erreur, c’est une autre grande vérité » (9’09’’).

 

Je comprends qu’il existe autant de vérité qu’il existe d’humain et que ces vérités ne sont pas forcément vraies, mais qu’elles ne sont pas fausses pour ceux/celles qui les croient vraies. Toutes les vérités sont vraies et fausses en même temps. Mais ce que la pensée pointe, c’est qu’il ne faut pas rejeter d’autres vérités, mais les comprendre même si elles ne correspondent pas à ce que je pense. Essayer de les comprendre et les relier tout en sachant les distinguer. J’interprète le fait de relier par chercher des parties de chaque ensemble, de chaque tout, de chaque vérité que je rencontre et qui rentre en conflit avec mes vérités propres. Ces parties peuvent être reliées entre elles afin de ne pas fermer mon esprit à ce qui serait contraire à ce que je pense. Mais relier ne veut pas dire adhérer. Donc je peux chercher des éléments de chaque vérité et les relier avec ce que je pense être vrai, afin de les comprendre, mais je peux aussi ne pas être d’accord avec ces éléments et les distinguer de mes vérités. Au fond, c’est un processus de sélection car, si je cherche à comprendre certaines parties des vérités, je m’ouvre à de nouvelles façons de voir la réalité, le monde et, de ce fait, je sélectionne ce que je pense être juste et bien pour moi.

 

Questionnements

Ainsi, la pensée complexe pourrait-elle être un moyen de comprendre les tensions dialogiques qui apparaissent dans notre profession ou dans notre vie personnelle et être un outil pour éviter d’expérimenter des tensions difficiles ?

Est-ce que la pensée complexe peut avoir une influence sur les tensions dialogiques. Est-ce qu’elle peut « résoudre » ces tensions ? Ou permettre à chacun de trouver et se sentir à sa place dans ces tensions ? Se sentir écouter, prise en compte, être accepter avec ses idées ? Mais après, est-ce que chaque idée peut être vraiment prise en compte ? Est-ce que si une personne qui a des propos racistes, violents, qui vont vraiment à l’encontre de la dignité humaine, peut être acceptés ? Est-ce qu’il ne faudrait pas justement essayer de l’ouvrir l’esprit par divers moyens, dont peut-être la pensée complexe ? Est-ce que la pensée complexe développerait l’ouverture d’esprit ? Est-ce que la pensée complexe pourrait être étudiée plus en profondeur ou être un cours en soi dans notre formation ? Est-ce que ça peut être un outil efficace pour aider les futur.e.s professionnel.le.s à gérer des situations de tensions et à les comprendre ?

 

Difficile de prendre en compte l’avis de l’autre s’il est complètement à l’opposé de ce qu’on pense. Si on le rejette c’est que ça nous touche dans nos valeurs, dans notre façon de penser. Mais peut être qu’en étant conscient de la pensée complexe et en l’étudiant plus en profondeur, on arriverait à saisir la pensée de l’autre même si on ne l’accepte pas. Est-ce que ça nous apaiserait ?

 

Le langage des arbres

Finalement, on devrait prendre exemple sur les arbres. Ils savent cohabiter ensemble. Quand un arbre sent venir un danger, il le communique aux autres autour de lui. Ils se transmettent les informations. Ils s’entraident. Ils sont solidaires. Ils observent, à leur façon, ce qu’il se passe autour d’eux et s’adaptent. Et le plus important, ils s’écoutent. Quand il faut, ils savent de défendre. Ils ont besoin des autres. Ils échangent. Ils ont une sagesse… à eux.

 

 

Bibliographie

 

Tension dialogique :

Fragment de parole. (2018). Edgar Morin : Qu'est-ce que la dialogique. Récupéré le 18.06.2018 de https://www.youtube.com/watch?v=9R1SBvO7kq8&pbjreload=10

Guespin-Michel, J. (). La révolution du complexe : sciences, dialectique et rationalité. Récupéré le 18.06.2018 de http://www.revolutionducomplexe.fr/epistemologie/dialectique/62-dialogique

 

Vidéos sur la pensée complexe d’Edgar Morin :

CRAL - Centre de Recherches sur les arts et le langage. (2016). La pensée complexe et les ailes des mouches par Edgar Morin. Récupéré le 18.06.2018 de https://www.youtube.com/watch?v=MWOP-NZvCj0

 

Demoulin, Y. (2014). 1.4. Principes et paradigmes d'une connaissance complexe (E. Morin). Récupéré le 18.06.2018 de https://www.youtube.com/watch?v=-tiBIL8b5-Y

 

Demoulin, Y. (2014). 1.5. Enseigner la complexité pour vivre (E.Morin). Récupéré le 18.06.2018 de https://www.youtube.com/watch?v=Wsc0uDmwV6U

 

Les arbres

 

Paris, R. (2014). Les arbres sentent-ils et communiquent-ils ? Récupéré le 18.06.2018 de http://matierevolution.org/spip.php?article2006

 

Darna Television. (2013). Le langage secret des arbres. Récupéré le 18.06.2018 de

https://www.youtube.com/watch?v=RulmqII4TVs

 

 



← retour

autres éléments (32) dans "2018 Terrains, thématiques et complexité":
La posture professionnelle  22.06.2018
Jeunes au Bupp : la citoyenneté agressée, la place des jeunes dans la ville  19.06.2018
La posture de l'animateur socio-culturel à l'expression des parents concernant les valeurs de l'accueil libre par De Matos Pedro  15.04.2018
100 ans de la HETS, du projet aux actions   15.04.2018
Action professionnelle et militance en EMS - Benz Sarah  15.04.2018
Animation socio-culturelle et militantisme : vers une professionnalisation du militantisme ? (Van Beek Gaëtan)  15.04.2018
Brun Maeva  15.04.2018
Conia Francesco  15.04.2018
Contrats de Quartier à Vernier : accompagnement participatif et posture des professionnels  15.04.2018
De Freitas Correia Fabio Roberto  15.04.2018
Duarte Pais Sabrina   15.04.2018
Entre engagement citoyen et normalisation, la place des associations de jeunes dans les communes  15.04.2018
Karaköse Gianni Animateur socioculturel, un métier souvent remis en questions.  15.04.2018
Kronneberg Solange  15.04.2018
L'Animation en rédaction ; ou les paradoxes d'une profession mal connue. (M. Nachira)  15.04.2018
La libre adhésion est-elle une action éducative ? (N. Cosandier)  15.04.2018
La posture professionnelle de l'animateur-trice socioculturel-le  15.04.2018
Lapierre Jayson  15.04.2018
Le décloisonnement des centres de quartier  15.04.2018
Le joker du théâtre de l'opprimé, quel lien avec le travail d'animatrice en Terrain d'Aventure ?  15.04.2018
Le rapport à l'écrit chez les Animateurs - trices Socioculturels - elles et les champs de tensions qui en découlent.  15.04.2018
Les alternatives éducatives à l'école primaire des Grottes (Liridon Ibishi)   15.04.2018
Maman, citoyenne à plein temps !   15.04.2018
Ménétrey Coline  15.04.2018
Negroni Diana  15.04.2018
Parejas Célia  15.04.2018
Partir de la différence et voir ce qui fait se rejoindre  15.04.2018
Quand est-ce que la grenadine a remplacé le Molotov ? (Thomas Muza)  15.04.2018
Quelle est la place d'un suivi individuel dans l'animation socioculturelle ?  15.04.2018
Questions (im)pertinentes aux TSHM  15.04.2018
Schwarb Aurélie  15.04.2018
TSHM "Chênes and CO"  15.04.2018