recherche
anim.ch > Documentation thématique > Apports d'étudiants > 2018 Terrains, thématiques et complexité > Le joker du théâtre de l'opprimé, quel lien avec le travail d'animatrice en Terrain d'Aventure ?
  
login
pass
  
Le joker du théâtre de l'opprimé, quel lien avec le travail d'animatrice en Terrain d'Aventure ?

 

Le rôle et les compétences du joker du théâtre de l'opprimé comme outil pour analyser et visibiliser les compétences d’animatrice socioculturelle ? Essais en lien au travail en Terrain Aventure et Jardin Robinson.

 
Un rôle du théâtre de l’opprimé

 

Le joker est le rôle que joue la personne qui organise et anime une intervention dans le théâtre de l’opprimé. Une situation est amenée par un groupe : une scène courte qui pose des difficultés ou questionnements. Elle est ensuite rejouée afin que le public puisse y réfléchir et éventuellement la transformer. Les « spect-acteurs » peuvent l’interrompre et proposer une alternative, voir aller la jouer. Cette méthode permet d’entrer dans une réflexion, qui peut ensuite être partagée de manière collective. En incarnant physiquement son idée dans un espace de « Jeu », il est possible de se décentrer de son point de vue, et ainsi permettre d’amener à la compréhension de celui des autres. Le groupe se met ainsi en lien.

 

Le rôle du joker implique de multiples compétences, afin d’accompagner au mieux le groupe dans le processus du théâtre de l’opprimé. Cet article tente de regrouper et synthétiser ces outils-compétences afin de les mettre en lien avec le travail d'animatrice en Terrain d’Aventure.

 

Les outils-compétences du joker dans le travail d’animatrice en terrain d’aventure (TA)

Le temps

Le joker est garant du timing pour le bon déroulement de l’intervention, il fait attention à la répartition des temps de paroles de chacun-e.
 

Sur un TA, l’animatrice est responsable du bon déroulement des divers temps : anticiper et ajuster les activités pour que l’organisation de la journée, de la semaine, soit agréable. Rappeler à l’équipe, aux enfants, quand il est temps de commencer à ranger, ou revenir à telle heure de la sortie piscine, car le repas sera prêt. C’est aussi se donner une certaine souplesse dans l’organisation et l’adapter en fonction des diverses dynamiques. Rythmer les journées, les vacances, sans pour autant stresser ou surcharger le groupe.

La température

Le joker est sensible à la dynamique de groupe, il est attentif à la « température », c’est-à-dire à la manière générale dont se font les échanges. Il peut sentir quand la tension monte trop afin d’intervenir pour amener le groupe à s’ajuster pour pouvoir continuer à avancer ensemble de manière constructive.
 

Une attention particulière est donnée dans l’accueil libre autour des temps de transitions, comme l’arrivée du matin, après le repas de midi ou en fin de journée avant le retour à la maison. Ces temps spécifiques influencent souvent le groupe et demandent une attention particulière. L’animatrice accompagne ces moments : proposer un jeu collectif, une discussion ou une activité, ou divers espaces pour que chacun-e puisse s’y retrouver. Elle est sensible à ces dynamiques, et à l’écoute de ses intuitions afin de sentir ce qui se vit sur le lieu et adapter les actions en fonctions de ses observations.

Les échanges

Le joker essaye de favoriser la mise en lien entre les différentes personnes participant à l’intervention.
 

En TA, par les activités, les jeux, la dynamique de groupe, l’animatrice vise à faciliter les échanges entre les jeunes. Parfois, il arrive que des difficultés relationnelles surviennent : dans ce cas, des discussions peuvent avoir lieu dans un endroit un peu à l’écart du groupe, en présence d’un adulte qui adopte une posture de médiation dans la situation. Cette posture rejoint celle du joker du théâtre de l’opprimé, car l’adulte vise à être neutre tout en permettant aux jeunes de s’écouter, de partager leurs points de vue et peut-être de se décentrer un peu du leur, afin de se comprendre et éventuellement vivre leur relation différemment.

Valider, valoriser

Pour qu’un spect-acteur prenne la parole, il faut qu’il se sente suffisamment en sécurité pour partager son idée avec le reste du groupe. Il est donc important que le cadre de l’intervention soit sécurisant et que chacu-n-e puisse y trouver son compte. Le joker valide et remercie les personnes qui interviennent afin de leur donner un retour positif de leur implication.

 

Sur le terrain, chaque jeune devrait se sentir à sa place, accepté et valorisé pour ce qu’il ou elle est, avec toutes les palettes de personnalités et de compétences qui existent. Il semble important d'amener le jeune à prendre conscience de ce qu’il apporte au reste du groupe, parfois en lui proposant une responsabilité afin de l’accompagner à trouver une place agréable et valorisante. Dans le principe même d'accueil libre, on retrouve cette attention aux envies, idées et questionnements des enfants, afin aussi de développer leur prise de parole et leur pouvoir d’agir.

Reformuler

Dans le théâtre de l’opprimé, la reformulation permet de mettre au clair ce qui est en train de se dire afin d’aider à avancer dans la discussion. Reformuler d’une différente manière les propos exprimés, afin de s’assurer du sens auprès de la personne concernée, et au sein du groupe.
 

La reformulation est une technique utilisée quotidiennement par l’animatrice. Par exemple, dans l’espace de médiation sur le terrain d’aventure, l’animatrice peut utiliser la reformulation pour amener les jeunes à se comprendre, sans pour autant imposer une solution magique et toute faite. Cette technique permet à l’adulte d’accompagner les jeunes à travers une discussion. Régulièrement, des situations conflictuelles ont pour source un problème de communication, la reformulation permet de favoriser la résolution de ceux-ci par les jeunes eux-mêmes.

Classer, synthétiser

Le joker doit pouvoir prendre de la distance et essayer de synthétiser les points de vue plus ou moins divergents. Les personnes sont aiguillées dans les informations, ce qui leur permet de se comprendre, de se décentrer en prenant en compte les autres avis et ressentis.
 

Avec les enfants, l’animatrice essaie d’organiser les envies d’activités, les demandes, de les regrouper pour que les différents points de vue puissent être pris en compte. Quand une difficulté est rencontrée, l’adulte tente de faire la part des choses avec les jeunes, afin que la situation puisse se débloquer.

Questionner

Pendant le déroulement de la scène, le joker tente de questionner le groupe afin de l’emmener à clarifier la situation, à pousser la réflexion plus loin, et le mener à trouver ses propres « réponses » aux problématiques abordées.

 

Questionner le groupe, les enfants à propos de leurs envies, leurs idées, leurs besoins. Questionner aussi les enfants à propos de leurs comportements ou de leurs difficultés afin de les accompagner dans une réflexion. Ce n’est pas l’animatrice qui résout seule la problématique : c’est le jeune, le groupe, qui se met en mouvement afin de chercher des pistes.

Stop !

Dans le théâtre de l’opprimé, le joker doit parfois arrêter la scène afin de questionner les acteurs, spect-acteurs sur la suite des événements, ou sur leur avis. C’est un moment sensible : intervenir trop tôt pourrait couper l’envie de continuer à réfléchir, intervenir trop tard pourrait aussi péjorer la dynamique du groupe.

 

Sur le terrain, ce besoin de dire stop et la limite à laquelle l’animatrice se doit de réagir sont sans cesse en jeu. Si l’adulte n’intervient pas pour rappeler le cadre quand tout s'éparpille, c’est l’énergie du lieu tout entière qui peut être atteinte. Empêcher les tensions à tout prix ? Pas systématiquement, mais les conflits doivent être régulés : parfois il faut qu’un adulte impose un “stop” dans l’action pour pouvoir recommencer à penser ensemble, peut-être plus calmement. Les adultes laisseront aussi la place au déroulement naturel des choses afin que les jeunes puissent expérimenter sur le lieu, comme les spect-acteur expérimentent sur la scène, en s'appropriant petit à petit la gestion de la dynamique de groupe.

Le cadre

Le joker est garant du cadre lors d’une action de théâtre de l'opprimé. Il apporte une méthode au groupe tout en étant garant du bon déroulement du processus.

 

Sur un espace d'accueil libre pour les jeunes, l’organisation de vie sur le lieu peut être réfléchie avec les enfants, mais certains fondamentaux portés par les valeurs du lieu doivent être respectés, tant du côté des enfants, de l’équipe d’animation que par les parents. L’animatrice en est garante. Les documents écrits peuvent aider à communiquer à propos de ce cadre. La charte, les règles, permettent de rappeler ce en quoi l’enfant s’engage en venant sur l’espace d'accueil libre, si possible formulé positivement et succinctement. Les textes et explications à propos de la posture d'accueil de l’équipe d’animation permettent une cohésion du travail d’équipe.

L’oreille et l'œil

L’oreille et l'œil sont deux parties de son corps que le joker sollicite. Plus que de prendre la parole pour donner son avis, il écoute et regarde attentivement le groupe et ses différents membres afin d’essayer d’animer au mieux la dynamique.

 

Le joker et l’animatrice en terrain d’aventure se rejoignent sur ces sens : ils ont la responsabilité du groupe lors qu’il se trouve dans l’espace-temps de la pièce, pour le théâtre forum, ou dans les moments d'accueils des jeunes en terrain d’aventure. L’équipe d’animation écoute et observe les besoins et envies des enfants.

 

Conclusion

 

Les outils-compétences du joker permettent de visibiliser une partie du travail qui est parfois difficile à décrire. Ces compétences ne sont pas exhaustives, bien entendu. Il est important de rappeler que la personne qui prend ce rôle n’est pas supérieure aux autres, elle est “simplement” au service du groupe. Elle prend aussi temps et le plaisir de jouer, bricoler, rire, inventer, bref, d’entrer en relation avec les jeunes : elle fait partie du lieu et s’implique donc dans les diverses tâches de la vie en collectivités.

L’’animatrice est aussi faillible. Elle fait des erreurs, tâtonne, analyse sa pratique. Parfois elle revient sur ses actes, elle peut s’excuser auprès des autres sans en perdre pour autant son rôle. Elle se mène, avec l’équipe, à se questionner sur les différentes manières d’agir, afin de mettre l’intelligence collective au service des accueils et des jeunes qui y participent.

 

Liens

Le théâtre de l’opprimé et le Joker

Un guide illustré du théâtre de l’opprimé // en anglais

https://www.slideshare.net/openstagetheater/guide-to-forum-theater

 

Le théâtre forum // Apports écrits + vidéo // 3 minutes

http://www.theatredelopprime.com/compagnie/theatre-forum/

 

Vidéo // Soirée théâtre-forum avec Julian Boal // 4 minutes

https://www.youtube.com/watch?v=nSGm1BvkSDw

 

Vidéo // Quelles compétences pour l'animateur de théâtre forum ? // 6 minutes

https://www.youtube.com/watch?v=dmfYzWb-9tY

 

Vidéo // La prévention par le théâtre Forum // 24 minutes

https://www.youtube.com/watch?v=ycRCFyAsEyw

Pour aller plus loin ...

Formation à l’animation du Théâtre de l’opprimé // Suisse Romande // Armande Von Wyss

http://www.anim.ch/?page=863

 

Compagnie le Caméléon // Théâtre interactif // Genève

https://www.lecameleon.ch/le-cameleon.html

L’accueil libre en Terrain Aventure et Jardin Robinson

PDF de la brochure «  L’Accueil libre en Terrains d’Aventures et Jardins Robinson - une pratique à (re)découvrir. »

https://www.google.com/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=4&cad=rja&uact=8&ved=0ahUKEwiUr7vFs-fbAhUGQJoKHRmRDdAQFgg-MAM&url=http%3A%2F%2Fnewsletter.fase.ch%2Fsite%2520FASe%2FAccueil_libre_2015.pdf&usg=AOvVaw3Hh5Fw7LQDD33NzHe5u2yH

 

Le blog de l’InteRob

http://interob.blogspot.com/

 

 


← retour

autres éléments (33) dans "2018 Terrains, thématiques et complexité":
  17.07.2018
  17.07.2018
  17.07.2018
  17.07.2018
  17.07.2018
Partir de la différence et voir ce qui fait se rejoindre - Christophe Suter  25.06.2018
La posture professionnelle  22.06.2018
100 ans de la HETS, du projet aux actions   15.04.2018
Action professionnelle et militance en EMS - Benz Sarah  15.04.2018
Animation socio-culturelle et militantisme : vers une professionnalisation du militantisme ? (Van Beek Gaëtan)  15.04.2018
Brun Maeva  15.04.2018
Contrats de Quartier à Vernier : accompagnement participatif et posture des professionnels  15.04.2018
Du sens dans le mouvement   15.04.2018
Duarte Pais Sabrina   15.04.2018
Entre engagement citoyen et normalisation, la place des associations de jeunes dans les communes  15.04.2018
Immersion genevoise d'un travailleur social « en devenir » québécois ; regards croisés sur la formation.  15.04.2018
Karaköse Gianni Animateur socioculturel, un métier souvent remis en questions.  15.04.2018
L'Animation en rédaction ; ou les paradoxes d'une profession mal connue. (M. Nachira)  15.04.2018
La libre adhésion est-elle une action éducative ? (N. Cosandier)  15.04.2018
La posture de l'animateur socio-culturel à l'expression des parents concernant les valeurs de l'accueil libre par De Matos Pedro  15.04.2018
La posture professionnelle de l'animateur-trice socioculturel-le  15.04.2018
Le décloisonnement des centres de quartier  15.04.2018
Le joker du théâtre de l'opprimé, quel lien avec le travail d'animatrice en Terrain d'Aventure ?  15.04.2018
Le rapport à l'écrit chez les Animateurs - trices Socioculturels - elles et les champs de tensions qui en découlent.  15.04.2018
Les alternatives éducatives à l'école primaire des Grottes (Liridon Ibishi)   15.04.2018
Les espaces de démocratie participative peuvent-ils être non-excluants et représentatifs de toute la population concernée ?  15.04.2018
Maman, citoyenne à plein temps !   15.04.2018
Negroni Diana  15.04.2018
Quand est-ce que la grenadine a remplacé le Molotov ? (Thomas Muza)  15.04.2018
Quelle est la place d'un suivi individuel dans l'animation socioculturelle ?  15.04.2018
Questions (im)pertinentes aux TSHM  15.04.2018
Schwarb Aurélie  15.04.2018
TSHM "Chênes and CO"  15.04.2018